33 Crucifixion de Jésus
~326 Hélène, mère de Constantin, se rend en Palestine pour y retrouver les reliques de Jésus : elle y aurait découvert notamment les clous de la Passion, la Croix, une tunique
525 Grande crue du Daisan, affluent de l'Euphrate, qui aurait inondé Edesse (cette crue est mentionnée dans les écrits de Procope de Césarée) ; au cours des travaux de reconstruction d'Edesse, on aurait découvert un linge portant l'effigie d'un homme caché au-dessus d'une des portes de la ville. L'empereur Justinien de Constantinople décide de construire la cathédrale Sainte Sophie à Edesse pour y conserver cette image
594 Evagre le Scolastique écrit son Histoire ecclésiastique dans laquelle il fait mention de l'image d'Edesse comme "créée par Dieu, que des mains d'homme n'avaient pas produite" ; il situe sa découverte en 544
632 - 642 Invasion du Moyen-Orient par les Arabes. Prise d'Edesse en 639 ; les Chrétiens sont tolérés et la cathédrale Sainte Sophie est préservée ainsi que l'image d'Edesse
~ 800 L'impératrice de Constantinople, Irène, fait don à Charlemagne de la tunique du Christ ; celui-ci la confia à sa fille, Théodrade, religieuse de l'abbaye d'Argenteuil ; elle sera cachée et redécouverte en 1156
943 - 944 Siège d'Edesse par l'Empereur de Byzance ; l'image d'Edesse est échangée contre la levée du siège, le paiement d'une forte somme et la libération des prisonniers musulmans ; le Mandylion, nom donné par les byzantins à l'image d'Edesse, part pour Samosate puis pour Constantinople
964 Arrivée à Constantinople du Mandylion le 156 août ; il sera conservé dans la chapelle du Pharos, dans le Palais du Boucoléon
~1150 Fabrication du codex Pray qui contient plusieurs miniatures représentant la Passion dont une représente les Saintes Femmes venant au tombeau après la Résurrection ; on y voit une représentation du Suaire vide avec des marques correspondant aux traces de brûlures relevées sur le Suaire
1156 Découverte, dans l'église du monastère des Bénédictins d'Argenteuil, d'une tunique tachée de sang ; cette tunique connue sous le nom de Sainte Tunique d'Argenteuil pourrait bien être la tunique sans couture que portait le Christ pendant sa Passion et qui fut tirée au sort par les soldats après la crucifixion ; en effet, les taches de sang qu'elle porte ont une disposition assez semblable à certaines des taches apparaissant sur le Suaire et le groupe sanguin de ces taches est le même que celui du Suaire (A+, groupe dont la fréquence n'est que de 7 % dans la population)
1196 Redécouverte, dans la cathédrale de Trèves, dans un vieux caveau, d'une tunique connue comme la Sainte Tunique de Trèves, qui aurait été donnée à cette ville en 325 par Sainte Hélène, mère de l'empereur Constantin ; il s'agirait peut-être du vêtement extérieur du Christ
1204 Prise et saccage de Constantinople par les Francs de la quatrième Croisade, le 12 avril ; disparition du Mandylion
~1205 Le Saint Suaire est probablement à Athènes
~1350 Première ostension du Saint Suaire à Lirey (Champagne)
1353 Le chevalier Geoffroy I de Charny obtient du roi Jean le Bon une rente pour fonder l'église collégiale de Lirey
1354 Le Saint Suaire est confié à la collégiale de Lirey
1353 Le Pape Innocent IV accorde des indulgences aux pèlerins de la collégiale de Lirey
1356 Bataille de Poitiers contre les Anglais, le 19 septembre ; mort de Geoffroy I de Charny sur le champ de bataille ; sa veuve, Jeanne de Vergy obtient du roi que les subventions soient continuées en faveur de son fils Geoffroy II de Charny
1356 L'évêque de Troyes, Henri de Poitiers, envoie une lettre de félicitations à Geoffroy de Charny, le 28 mai
1357 Douze évêques crééent des indulgences en faveur des pèlerins de Lirey
1389 Geoffroy II de Charny demande et obtient du Pape Clément VII l'autorisation d'exposer le Suaire
1389 Rédaction du Mémoire de Pierre d'Arcis, évêque de Troyes, prétendant que le Suaire de Lirey est un faux (peinture) et demandant l'interdiction de son exposition
1390 Le Pape d'Avignon, Clément VII impose silence à Pierre d'Arcis sous peine d'excommunication
1400 La fille de Geoffroy II de Charny, Marguerite de Charny, épouse Jean de Beaufremont ; celui-ci se fera tuer à Azincourt en 1415 ; en 1418, Marguerite de Charny épousera en secondes noces Humbert de Villersexel, seigneur de Saint Hippolyte sur le Doubs
1418 Le Suaire est remis à Humbert de Villersexel par les Chanoines de Lirey ; il sera conservé au château de Monfort, près de Montbard, puis transféré à Saint Hippolyte sur le Doubs, dans la chapelle des Buessarts
1438 Mort de Humbert de Villersexel ; les chanoines de Lirey désirent récupérer le Suaire ; Marguerite de Charny refuse ; l'affaire sera portée devant le parlement de Dole (mai 1443) puis le tribunal de Besançon (juillet 1447) qui donneront tous les deux raison à Marguerite de Charny. Les chanoines n'en resteront pas là et demanderont l'excommunication de marguerite de Charny, à laquelle ils renonceront moyennant compensation financière en 1459 (ce qui représente quand même 21 ans de querelle !)
1449 Ostension du Saint Suaire à Chimay (Principauté de Liège)
1452 Le Suaire est exposé au Château de Germolles (près de Mâcon)
1453 Le Saint Suaire est cédé au Duc Louis de Savoie par Marguerite de Charny et arrive à Chambéry
1494 Le Suaire est exposé à Vercelli pour le jour du Vendredi-Saint
1503 Grande Ostension de Bourg-en-Bresse
1506 Sainte Chapelle du Saint Suaire à Chambéry et institution de la Fête liturgique du Linceul le 4 mai par le Pape Jules II
1509 Marguerite d'Autriche fait don au Suaire d'un nouveau reliquaire en argent
1516 François I vient à Chambéry le 15 juin 1516 pour vénérer le Suaire après la Victoire de Marignan (1515)
1532 Incendie de la Sainte Chapelle de Chambéry dans la nuit du 3 au 4 décembre ; le Saint Suaire est endommagé par le feu et par l'eau qui sert à éteindre l'incendie
1534 Authentification du saint Suaire après restauration par les Clarisses de Chambéry
1535 Guerre de Charles Quint contre François I qui envahit la Savoie ; le saint Suaire est transféré à Vercelli (Piémont), et exposé à Turin le 4 mai
1536 Le Suaire est exposé à Milan
1537 Le Suaire est exposé à Nice où il reste jusqu'en 1543
1549 Le Suaire est conservé dans le trésor de la cathédrale Saint Eusèbe à Vercelli
1553 Les troupes françaises mettent à sac Vercelli le 18 novembre ; le Suaire est sauvé par un chanoine qui le cache dans sa maison
1561 Bref séjour du saint Suaire à Annecy puis retour à la Sainte Chapelle de Chambéry
1578 Arrivée définitive du Saint Suaire à Turin le 14 septembre ; il sera vénéré, entre autres, par Saint Charles Borromée (1578), Saint François de Sales (1613), Sainte Jeanne de Chantal (1639), Pie VII (1804), etc.
1670 La Congrégation des Indulgences accorde une indulgence plénière aux visiteurs du Suaire "pour la méditation de la Passion, en particulier de la Mort et de l'Ensevelissement du Christ"
1694 Le Saint Suaire entre dans la Chapelle Royale de la cathédrale de Turin (1 juin), dans le sanctuaire conçu spécialement par Guarino Guarini, où il se trouve toujours ; il est fixé sur une doublure noire neuve confectionnée par le Bienheureux Sébastien Valfré qui ajoute également quelques rapiéçages là où les réparations des Clarisses sont insuffisantes
1868 La princesse Clotilde de Savoie coud une nouvelle doublure de soie rouge à l'envers du Suaire
1898 Première photo du Saint Suaire par Secundo Pia et découverte qu'il s'agit d'un négatif photographique
1902 Publication de la première étude scientifique : "Le Linceul du Christ" par Paul Vignon ; Le Professeur d'Anatomie Comparée à la Sorbonne, Yves Delage, agnostique, conclue à l'authenticité du Linceul
1931 Le photographe Giuseppe Enrie prend de nouvelles photographies du Suaire, d'une qualité excellente
1935 Publication, par le Docteur Pierre Barbet des "Cinq plaies du Christ", puis, en 1949, de "La Passion selon le Chirurgien"
1969 Une commission de scientifiques est autorisée à exminer le Suaire ; de nouvelles photos sont prises par Giovanni-Battista Judica-Cordiglia, cette fois en couleurs et sous éclairage par lampe de Wood
1972 tentative d'incendie criminel le 1 octobre ; le Suaire est épargné
1973 Prélèvement d'échantillons par Max Frei en vue d'une étude sur les pollens et par d'autres scientifiques pour étude sur les taches de sang
1978 Etudes scientifiques par le STURP
1983 Le Saint Suaire est légué au Pape par la Famille Royale de Savoie
1988 Datation au Carbone 14 qui conclut à un faux créé entre 1260 et 1390.
1989 Symposium scientifique de Paris et Création du CIELT ; mise en évidence de fautes grossières dans la datation au carbone 14
1993 Symposium scientifique de Rome ; confirmation par la communauté scientifique de son authenticité
1997 Incendie criminel de la Chapelle Royale de Turin ; le Suaire échappe "miraculeusement" à la destruction