CALENDRIER  DE  LA  PASSION

 

Existence de plusieurs calendriers concomitants

               Il semble prouvé qu'existaient à l'époque de Jésus au moins 2 calendriers concomitants, un suivi par les Pharisiens et peut-être aussi par les Sadducéens et un second par les Esséniens, dont il semble que le quartier général se soit trouvé à Qumrân, sur les bords de la mer morte, là où on a trouvé les fameux papyrus datés d'avant 70.

                Les Esséniens fêtaient la Pâque un mercredi, les Sadducéens (grands prêtres du temple) le vendredi, probablement les Pharisiens aussi. Existait-il d'autres groupes ?

               Rien ne prouve que Jésus ait appartenu de près ou de loin aux Esséniens, mais on peut difficilement imaginer qu'il fût Sadducéen (ils refusaient la résurrection des morts), et son opposition avec les Pharisiens alimente les Évangiles quasiment de bout en bout. Toujours est-il que  les trois Évangiles synoptiques précisent que Jésus mangea la pâque avec ses disciples juste avant de se retirer avec eux au Mont des Oliviers et d'y être arrêté. L'Évangile de Jean est moins précis sur ce point.

  • Le premier jour des Azymes, les disciples s'avancèrent vers Jésus en disant : "où veux-tu que nous te préparions de quoi manger la pâque ? " Il dit : " Allez à la ville chez un tel et dites-lui : Le Maître dit : mon temps est proche, c'est chez toi que je fais la pâque avec mes disciples." Et les disciples firent comme le leur avait prescrit Jésus, et ils préparèrent la pâque. Le soir venu, il se mit à table avec les douze ... (Matthieu 26, 17-20)
  • Et le premier jour des Azymes, lorsqu'on immolait la pâque, ses disciples lui disent : "où veux-tu que nous préparions de quoi manger la pâque ? " Et il envoie deux de ses disciples et il leur dit : " Allez à la ville, et un homme portant une cruche d'eau viendra au devant de vous. Suivez-le, et où qu'il entre, dites au maître de maison : Le Maître dit : Où est ma salle où je pourrai manger la pâque avec mes disciples ? Et lui vous montrera, à l'étage, une grande pièce aménagée, toute prête ; faites-y nos préparatifs." Et les disciples partirent, et ils vinrent à la ville, et ils trouvèrent les choses selon ce qu'il avait dit, et ils préparèrent la pâque. Et, le soir venu, il vient avec les Douze. Et tandis qu'ils étaient à table et mangeaient... (Marc 14, 12-18)
  • Vint le jour des Azymes, où l'on devait immoler la pâque, et il envoya Pierre et Jean, en disant : " Allez nous préparer la pâque, pour que nous la mangions." Ils lui dirent : "Où veux-tu que nous faisions les préparatifs ? " Il leur dit : " Voici qu'à votre entrée dans la ville un homme portant une cruche d'eau viendra au-devant de vous. Suivez-le dans la maison où il pénétrera, et vous direz au propriétaire de la maison : Le Maître te dit : Où est la salle où je pourrai manger la pâque avec mes disciples ? Et celui-ci vous montrera, à l'étage, une grande pièce, aménagée ; faites-y les préparatifs." S'en étant allés, ils trouvèrent [les choses] selon ce qu'il leur avait dit, et ils préparèrent la pâque. Et lorsque l'heure fut venue, il se mit à table et les Apôtres avec lui... (Luc 22,7-14)
  • Avant la fête de la pâque, sachant qu'était venue l'heure de passer de ce monde vers le Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'à la fin. Et pendant un dîner, alors que déjà le diable avait mis au cœur de Judas Iscariote, [fils] de Simon, le dessein de le livrer, [Jésus], sachant que le Père lui avait tout remis entre les mains, et qu'il est venu de Dieu et qu'il s'en va vers Dieu, se lève de table, déposes ses vêtements.... (Jean 13,1-4)

               La lecture de synoptiques ne laisse aucun doute sur le fait que Jésus fête normalement la Pâque avec ses disciples ; par ailleurs, chaque évangéliste précise que la mort de Jésus est intervenue dans l'après-midi précédant la Préparation de la Pâque qui, cette année-là, correspondait avec le sabbat.

  • Le soir venu, arriva un homme riche, d'Arimathie, du nom de Joseph.../.../ Le lendemain, c'est-à-dire après la Préparation... (Matthieu 27, 57-62)
  • Jésus, poussant un grand cri, expira. /.../ Et déjà le soir étant venu, comme c'était la Préparation, c'est-à-dire la veille du Sabbat, vint Joseph, celui d'Arimathie... (Marc 15, 37-43).
  • Et voici un homme, du nom de Joseph, qui était du Conseil, homme bon et juste. - Celui-là n'avait donné son accord ni à leur dessein ni à leur acte ! - Il était d'Arimathie, ville des Juifs, et il attendait le Royaume de dieu. S'avançant vers Pilate, il réclama le corps de Jésus. Et l'ayant descendu [de la croix], il le roula dans un linceul et le mit dans une tombe taillée dans le roc, où personne encore n'avait été placé. Et c'était le jour de la Préparation, et le sabbat commençait à luire. (Luc 23, 50-54).
  • Les juifs donc, comme c'était la Préparation, pour que les corps ne restent pas sur la croix pendant le sabbat - car c'était un grand jour que ce sabbat ! - les juifs demandèrent à Pilate qu'on leur rompît les jambes et qu'on les enlevât... (Jean 19, 31)

               Les évangélistes indiquent donc que Jésus a mangé normalement la Pâque avec ses disciples un certain soir (le premier jour des Azymes) et que d'autres Juifs mangèrent la Pâque le lendemain (au moins une nuit s'étant écoulée entre les deux). A cela, ils ne donnent aucune explication, le phénomène leur paraît aller de soi. Tout cela semble indiquer que deux calendriers (ou plus) devaient coexister et que les trois synoptiques se réfèrent à l'un, tandis que Jean se réfère à un autre (pour ceux qui trouveraient cela étrange, rappelons que les chrétiens catholiques ne célèbrent pas Noël le même jour que les chrétiens orthodoxes).

              

 

La durée de la Passion

 

               Certains - dont Frère Bruno Bonnet-Eymard et Annie Jaubert - ont parlé d'une passion qui aurait débuté le mardi soir pour s'achever le vendredi midi. Relisons les récits de la Passion dans les quatre Évangiles, en ne relevant que les passages qui donnent une indication chronologique :

               Matthieu - Le premier jour des Azymes, les disciples s'avancèrent vers Jésus en disant... (26,17) /.../. Le soir venu, il se mit à table avec les douze ... (26, 20) /.../ Et après avoir chanté l'hymne, ils sortirent vers le Mont des Oliviers...(26,30) /.../ Jésus lui déclara : "En vérité je te dis qu'en cette nuit, avant qu'un coq chante, trois fois tu me renieras (26,34) /.../ Ceux qui avaient arrêté Jésus l'emmenèrent chez Caïphe le grand prêtre (26,57) /.../ Et aussitôt un coq chanta. Et Pierre se souvint de la parole de Jésus : "Avant qu'un coq chante, trois fois tu me renieras." Et, étant sorti dehors, il pleura amèrement (26,75) /.../ Le matin venu, tous les grands prêtres et anciens du peuple tinrent conseil contre Jésus, pour le mettre à mort. Et après l'avoir lié, ils l'emmenèrent et le livrèrent à Pilate, le gouverneur (27,1-2) /.../ Alors il leur relâcha Barabbas. Quant à Jésus, après l'avoir fait flageller, il le livra pour être crucifié (27,26) /.../ Dès la sixième heure, il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu'à la neuvième heure. Vers la neuvième heure, Jésus clama d'une voix forte /.../ Jésus, de nouveau, criant d'une voix forte, rendit l'esprit (27,45-50).

               Marc - Et le premier jour des Azymes, lorsqu'on immolait la pâque, ses disciples lui disent... (14,12)/.../  Et, le soir venu, il vient avec les Douze. Et tandis qu'ils étaient à table et mangeaient... (12-18) /.../ Et, après avoir chanté l'hymne, ils sortirent vers le Mont des Oliviers (14,26) /.../ Et Jésus lui dit : "En vérité, je te dis que toi, aujourd'hui, cette nuit, avant qu'un coq chante deux fois, trois fois tu me renieras." (14,30) /.../ Tandis qu'il parlait encore survient Judas, un des Douze /.../ Et ils emmenèrent Jésus chez le grand prêtre et tous se réunissent (14,43-53) /.../ Et Pierre se ressouvint de la parole que lui avait dite Jésus : "Avant qu'un coq chante deux fois, trois fois tu me renieras." Et il éclatait en pleurs. Et aussitôt, le matin, les grands prêtres, après avoir tenu conseil avec les anciens et les scribes - tout le Sanhédrin - et après avoir lié Jésus, l'emmenèrent et le livrèrent à Pilate (14,72-15,1) /.../ Pilate, voulant donner satisfaction à la foule, leur relâcha Barabbbas et il livra Jésus, après l'avoir fait flageller, pour être crucifié.(15,15) /.../ C'était la troisième heure quand ils le crucifièrent (15,25) /.../et la sixième heure venue, il y eut des ténèbres sur toute la terre jusqu'à la neuvième heure. Et, à la neuvième heure /.../ Jésus poussant un grand cri expira (15,33-37).

               Luc - Vint le jour des Azymes, où l'on devait immoler la pâque, et il envoya Pierre et Jean, en disant /.../  Et lorsque l'heure fut venue, il se mit à table et les Apôtres avec lui... ( 22,7-14) /.../ [Jésus] dit : "Je te le dis, Pierre : un coq ne chantera pas aujourd'hui que par trois fois tu n'aies renié me connaître." (22,34) /.../ Et, sortant, il se rendit comme de coutume au Mont des Oliviers, et les disciples le suivirent (22, 39) /.../L'ayant saisi, ils l'amenèrent et le firent entrer dans la maison du grand prêtre (22,54) /.../ Et à l'instant même, tandis qu'il parlait encore, un coq chanta, et se retournant, le Seigneur regarda Pierre. Et pierre se ressouvint de la parole du Seigneur, qui lui avait dit : "Avant qu'un coq chante aujourd'hui, tu me renieras trois fois." (22,60-61) /.../ Et quand il fit jour, le conseil des anciens du peuple s'assembla, grands prêtres et scribes, et ils l'emmenèrent à leur Sanhédrin (22,66) /.../ Et s'étant levés, tous ensemble l'amenèrent devant Pilate (23, 1) /.../ A ces mots, Pilate demanda si l'homme était galiléen. Et, s'étant assuré qu'il était de la juridiction d'Hérode, il le renvoya à Hérode, qui était, lui aussi, à Jérusalem en ces jours-là. (23,6-7) /.../ Hérode, avec ses troupes, après l'avoir traité avec mépris et l'avoir bafoué, le revêtit d'un habit splendide et le renvoya à Pilate (23,11) /.../ Ayant convoqué les grands prêtres, les chefs et le peuple, Pilate leur dit /.../ Et jésus, il le livra à leur volonté (23,13-24) /.../Et c'était déjà environ la sixième heure et l'obscurité se fit sur toute la terre jusqu'à la neuvième heure, le soleil s'étant éclipsé. Alors se fendit par le milieu le rideau du Sanctuaire, et criant d'une voix forte, Jésus dit : "Père, entre tes mains je confie mon esprit." Ayant dit cela, il expira (23,44-46).

               Jean - Avant la fête de la pâque, sachant qu'était venue l'heure de passer de ce monde vers le Père, Jésus /.../ se lève de table, déposes ses vêtements.... (13,1-4) /.../ Jésus lui dit donc : "Ce que tu fais, fais-le bien vite." /.../ [Judas] sortit aussitôt. C'était la nuit !(13,27-30) /.../ Jésus répond : "Tu livrerais ta vie pour moi ! en vérité, en vérité, je te le dis : le coq ne chantera pas que tu ne m'aies renié trois fois." (13,38) /.../ Ayant dit cela, Jésus s'en alla avec se disciples de l'autre côté du torrent du Cédron (18,1) /.../ La cohorte donc, et le tribun, et les gardes des Juifs saisirent Jésus; ils le lièrent et l'amenèrent chez Anne d'abord (18,12) /.../ Le grand prêtre donc interrogea Jésus sur ses disciples et sur son enseignement (18,19) /.../ Anne l'envoya donc, lié, à Caïphe le grand prêtre. (18,24) /.../ De nouveau donc, Pierre nia, et aussitôt un coq chanta. On amène donc Jésus de chez Caïphe au prétoire. C'était le matin. (18,28) /.../ Alors donc, Pilate prit Jésus et le fit fouetter (19,1) /.../ C'était la préparation de la Pâque ; c'était environ la sixième heure. [Pilate] dit aux juifs :"Voilà votre roi." (19,14) /.../ Alors donc, il le leur livra pour être crucifié (19, 16) /.../ Lors donc que Jésus eut pris le vinaigre, il dit : "[Tout] est achevé." ; et, inclinant la tête, il remit l'esprit(19,30).

               A la lecture de ces passages, il ressort d'évidence que le repas avec les disciples, l'arrestation au jardin des Oliviers, la comparution devant Anne (citée seulement par Jean) puis devant Caïphe eurent lieu au cours de la même nuit et que c'est au matin que Jésus a été transféré chez Pilate, puis un court moment chez Hérode (cité seulement par Luc), et remis ensuite aux Juifs   (vers la sixième heure précise Jean, c'est à dire entre onze heures et midi) pour être crucifié. La seule discordance entre ces récits vient de Marc qui précise : "C'était la troisième heure quand ils le crucifièrent." Cette difficulté, déjà relevée et étudiée par Saint Jérôme, n'a pas encore reçue d'explication satisfaisante. Il est possible, mais pas certain, qu'elle vienne d'une erreur de copiste (de document hébreu à document hébreu, ou de document grec à document grec)   ou de traduction de l'hébreu au grec. Peut-être, la découverte ultérieure d'un nouveau papyrus permettra-t-elle de trancher.

               Il semble donc qu'il n'y ait nul besoin d'intercaler 24 ou 48 heures supplémentaires pour intégrer tous les éléments de la passion, hormis la précision de Marc. Est-ce une raison suffisante pour le faire ? De l'avis quasi unanime, il semble que non. Jésus a donc fêté pâque avec ses disciples le jeudi 13 Nisan au soir, a été jugé et condamné par les Juifs dans la nuit du jeudi au vendredi, puis sa condamnation a été avalisée par Pilate le vendredi matin. Il a été crucifié vers midi, est mort vers 15 heures et a été enseveli avant 18 heures.

Pour revenir à la FAQ