.

Donne accès à la page d'accueil francophone du site.

Donne accès aux informations de base sur le site, à l'historique du Suaire ainsi qu'à l'étude du tissu.

Donne accès aux images du Suaire, à leur étude macroscopique et, quand nécessaire, aux études complémentaires.

Donne les principales conclusions que l'on peut tirer de l'étude du Suaire : les éléments certains, les éléments douteux, les hypothèses.

Reconstitution de la Passion de Jésus à la lumière des Evangiles et des observations tirées de l'étude du Suaire.

Affiche la page précédant celle que vous lisez, comme si vous feuilletiez un livre à l'envers.

.Donne accès à l'étude anthropométrique de l'Homme du Suaire et aux conclusions qu'on peut en tirer concernant la position sur la croix et dans le tombeau

Donne accès aux informations générales concernant les images du Suaire : son aspect de "négatif photographique", l'étude générale des traces jaunes qui forment la silhouette du corps, l'étude des traces rosées sur le corps correspondant aux blessures et aux écoulements de sang, les autres images visibles sur le linceul (traces des piécettes, traces d'écriture...)

Donne accès à l'étude détaillée des images visibles sur le Suaire, en insistant notamment sur leur aspect anatomo-pathologique et physio-pathologique.

Donne accès à la page qui suit celle que vous lisez, comme si vous tourniez la page d'un livre.

Donne accès aux pages contenant les informations complémentaires sur le Suaire. .

Cliquez sur  FAQ pour accéder au Forum, sur  MAJ pour accéder aux nouvelles pages.

.

Donne accès à la Table des Matières du site, de laquelle vous pourrez accéder à chaque chapitre.

.Donne accès au moteur de recherche interne qui vous permet de trouver un ou plusieurs mots dans le site

Eude morphologique

ÉTUDE DU TRONC                                 Donne accès au lexique où vous pourrez trouver quelques explications rapides sur les termes pouvant présenter une difficulté.                         Pour revenir à la page où vous étiez, cliquez sur "Prédédente" en haut à gauche de votre navigateur.

La tête
Le tronc
Les membres supérieurs
Les membres inférieurs
L'enlèvement du corps
A sa face antérieure :

Au premier coup d’œil :

  • Les épaules et les bras sont invisibles, détruits par l’incendie de 1532.
  • Sous le pectoral droit, il apparaît une tache rosée plus grande et plus colorée que les autres traces ; cette tache est elle-même composée de deux parties :
              une forme régulière, ovale, de 4,5 sur 1,5 cm, bien limitée (en bleu sur l'image colorée);
              en dessous, une épaisse tache rosée. Celle-ci s'écoule dans deux directions : sur le corps, en dessous de la plaie, et sur le tissu, derrière et en dessous de la réparation. Cette plaie a donc saigné alors que le corps était déjà dans le linceul. Une étude en fluorescence ultraviolette a confirmé que le halo diffus, bien visible à l'oeil nu autour de la plaie, réagissait comme le sérum sanguin; le sang avait donc en partie coagulé à l'intérieur du thorax et c'est le sérum qui a diffusé dans le tissu.

Avec un peu d’attention :

  • Les pectoraux sont saillants, contractés, surélevés.
  • Le creux épigastrique est déprimé.L’abdomen inférieur est gonflé, saillant.
  • Un peu partout, de nombreuses petites taches rosées.

 

                   La plaie de la face latérale droite est béante ; une plaie sur un organisme vivant entraîne un phénomène réflexe de contracture des muscles qui l’entourent aboutissant à une tentative de fermeture spontanée ; au contraire, une plaie faite sur un cadavre, même peu de temps après la mort, reste béante, les muscles ne se contractant plus. Cette plaie a donc été causée par un instrument de forme losangique, mesurant 4,5 x 1,5 cm environ, et le coup a été porté après la mort.

                    Les pointes de lances représentées ci-contre sont des lances romaines trouvées sur un champ de bataille du Moyen-Orient ; il existe une lance de ce type conservée au Vatican dont la largeur de lame est de 45 mm. C'est probablement une arme semblable qui a causé la blessure visible sur le Suaire.

Aspect réel du Linceul de Turin ; la gauche du corps est située sur la partie gauche de l'image. L'image du corps apparaît comme un "négatif" photographique, alors que les traces de sang sont de couleur carminée, "positives". (7644 octets)
Image agrandie de la plaie du côté droit. La trace béante laissée par le coup de lance a été coloriée en bleu pour permettre de mieux la distinguer dans l'image en dessous. (4069 octets)
La plaie du côté droit, apparence réelle, teinte et contrastes légèrement renforcés. L'incendie de Chambéry a malheureusement détruit une grande partie de l'écoulement sanguin ; le triangle blanc net visible à droite de la blessure est une des réparations faites par les Clarisses de Chambéry pour stabiliser l'état du Suaire, très endommagé par cet incendie.  (3838 octets)
Pointes de lances romaines, d'environ 20 cm x 5 cm    (7153 octets)

(D'après Jésus et son temps, Edition Sélection du Reader's Digest)

 

A sa face postérieure :

Au premier coup d’œil :

Des traînées rosées épaisses barrant les fosses lombaires en travers.

Avec un peu d’attention :

  • Une large plaque rosée couvrant l’omoplate et le trapèze droits.

                    Cette blessure est une excoriation ; si on regarde sur la face antérieure, on s'aperçoit que cette plaque se prolonge sur l'épaule droite jusqu'au niveau de la clavicule.
Une autre plaque rosée, un peu plus petite, couvre l’omoplate gauche, particulièrement visible à sa partie inférieure.

                    Les plaies excoriées sur l'épaule droite évoquent le port d'un objet lourd, rugueux et large de plusieurs centimètres qui aurait frotté assez longtemps pour arracher la peau; cet objet aurait été porté sur l'épaule droite, en travers du dos, presque horizontalement, le dos penché en avant, l'objet venant reposer parfois brutalement sur le dos, au niveau de la pointe de l'omoplate gauche. Parmi les objets envisageables, un genre de poutre ferait parfaitement l'affaire.


Image de la face postérieure du Linceul, la saturation des teintes et les contrastes ont été renforcés artificiellement pour permettre de mieux distinguer les traces des blessures.  (18341 octets)
 
  • De très nombreuses taches rosées  sont réparties sur tout le dos et sur les fesses ; ces blessures existent aussi en-dessous des plaques excoriées des épaules.


                   Sur presque toute la surface du reste du corps, on trouve des marques d’environ 3 cm de longueur, formés de deux petites plaies de 10 à 12 mm de diamètre, séparées de 1,3 cm environ, en forme d’haltères, groupées par 2 ou plus ; Barbet en a compté entre 100 et 120, Ricci environ 180 ; elles semblent disposées en éventail et seraient souvent groupées par paires.
                   
Ces blessures évoquent des coups portés avec un fouet dont la ou les lanières auraient été munie(s) à leur extrémité d’une ou plusieurs boules. Ces marques semblent avoir été portées horizontalement au niveau de la taille, en oblique descendante sur les jambes et en oblique ascendante sur le tronc ; de plus, elles semblent bien se répartir en deux séries : une portée par un fouet manié depuis le côté droit du condamné, l’autre depuis le côté gauche. Pour plus de détails, voir le chapitre "Flagellation" dans les Annexes.

Traces laissées par la flagellation. Ces traces, en forme d'haltère, sont souvent groupées par 2, laissant penser que chaque fouet avait 2 lanières, chacune munie à son extrémité de petites billes de métal.  (8374 octets)

 

                    Les pectoraux sont en saillie, contractés, tirés vers le haut, le thorax est distendu, le creux épigastrique est creusé, le bas abdomen est bombé, refoulé par le diaphragme contracturé : cet homme est mort asphyxié, incapable de vider ses poumons distendus.

 

Affiche la page précédant celle que vous lisez, comme si vous feuilletiez un livre à l'envers.

haut.gif (1280 octets)

Donne accès à la page qui suit celle que vous lisez, comme si vous tourniez la page d'un livre.