.

Donne accès à la page d'accueil francophone du site.

Donne accès aux informations de base sur le site, à l'historique du Suaire ainsi qu'à l'étude du tissu.

Donne accès aux images du Suaire, à leur étude macroscopique et, quand nécessaire, aux études complémentaires.

Donne les principales conclusions que l'on peut tirer de l'étude du Suaire : les éléments certains, les éléments douteux, les hypothèses.

Reconstitution de la Passion de Jésus à la lumière des Evangiles et des observations tirées de l'étude du Suaire.

Affiche la page précédant celle que vous lisez, comme si vous feuilletiez un livre à l'envers.

.Donne accès à l'étude anthropométrique de l'Homme du Suaire et aux conclusions qu'on peut en tirer concernant la position sur la croix et dans le tombeau

Donne accès aux informations générales concernant les images du Suaire : son aspect de "négatif photographique", l'étude générale des traces jaunes qui forment la silhouette du corps, l'étude des traces rosées sur le corps correspondant aux blessures et aux écoulements de sang, les autres images visibles sur le linceul (traces des piécettes, traces d'écriture...)

Donne accès à l'étude détaillée des images visibles sur le Suaire, en insistant notamment sur leur aspect anatomo-pathologique et physio-pathologique.

Donne accès à la page qui suit celle que vous lisez, comme si vous tourniez la page d'un livre.

Donne accès aux pages contenant les informations complémentaires sur le Suaire. .

Cliquez sur  FAQ pour accéder au Forum, sur  MAJ pour accéder aux nouvelles pages.

.

Donne accès à la Table des Matières du site, de laquelle vous pourrez accéder à chaque chapitre.

.Donne accès au moteur de recherche interne qui vous permet de trouver un ou plusieurs mots dans le site

Eude morphologique

ÉTUDE DE LA TÊTE                                Donne accès au lexique où vous pourrez trouver quelques explications rapides sur les termes pouvant présenter une difficulté.                         Pour revenir à la page où vous étiez, cliquez sur "Prédédente" en haut à gauche de votre navigateur.

La tête
Le tronc
Les membres supérieurs
Les membres inférieurs
L'enlèvement du corps
Au premier coup d’œil :

                           Écoulements de sang dans les cheveux et sur le front.

Avec un peu d’attention :

Défect des parties externes droites de la moustache et de la barbe .

En observant bien :

Excoriation et tuméfaction de la base du nez avec fracture du cartilage dorsal, tout près de l’os nasal.

Excoriation et tuméfaction de la pommette droite.

                          Tuméfaction des arcades sourcilières.

Apparence réelle, légèrement renforcée, de la face du Suaire. La gauche de la face est située à gauche de l'image. L'aspect "négatif photographique" de l'image est bien visible, contrastant avec le caractère "positif" des taches de sang dont la couleur avait frappé Pierre Barbet par sa véracité.   (4889 octets)
Aspect postérieur de la tête, du cou et du haut du dos, tel qu'il apparaît après renforcement artificiel des teintes et des contrastes. La partie gauche de la tête est située à droite de l'image.  (9824 octets)
                    Dans les cheveux, surtout à la face postérieure, on distingue de nombreuses et épaisses coulées de sang qui semblent toutes s’arrêter sur une même ligne, presque horizontale, comme si elles avaient rencontré un obstacle ; sur la partie antérieure de la tête, on distingue un gros caillot (dans la partie colorée en vert sur l'image) prenant naissance à la limite des cheveux et descendant vers l’arcade sourcilière gauche où il s’arrête avant de reprendre sur l’arcade ; il s’agit d’un écoulement de sang veineux, lent, provenant de l’effraction d’une veine frontale. A droite, un autre caillot (dans la partie colorée en bleu), prenant lui aussi naissance à la limite des cheveux et descendant sur les cheveux en deux coulées distinctes, fines, tendues : il s’agit de la trace d’une effraction de l’artère frontale droite avec son écoulement fin, pulsatile, envoyant un petit jet de sang à quelque distance. A gauche, de nombreux petits caillots disséminés sur les cheveux et le front. Il faut remarquer, là aussi, que les traces s’arrêtent sur une ligne horizontale passant juste au-dessus des arcades sourcilières. Tout se passe comme si la tête avait été entourée par un bandeau circulaire serré.
Les taches verte et bleue ont été ajoutées pour permettre l'identification facile des caillots. Comme il s'agit de l'aspect réel du Suaire, la gauche du corps est située à gauche de l'image.  (3100 octets) Le caillot d'origine veineuse tel qu'il se présente sur le Suaire et son image telle qu'elle apparaît après application d'un filtre 3D Le caillot provenant de l'écoulement sanguin veineux est situé dans la tache verte sur l'image de gauche.  (1802 octets) Le caillot d'origine artérielle tel qu'il se présente sur le Suaire et son image telle qu'elle apparaît après application d'un filtre 3D Le caillot consécutif à l'écoulement d'origine artérielle est figuré dans la tache bleue dans l'image à gauche.   (1304 octets)
Aspect en relief du caillot consécutif à l'écoulement veineux. Il s'agit d'une image informatique pure par application d'un filtre mathématique.   (1574 octets) Aspect en relief du caillot dû à l'effraction d'une artériole frontale. Il s'agit d'une image purement informatique par application d'un filtre mathématique.   (1167 octets)
 

                    A l’évidence, on est en présence de nombreuses blessures ponctuelles et non d’une plaie étendue du scalp ; en effet, celles-ci saignent toujours abondamment et auraient donné une coulée de sang large ; ces blessures sont réparties sur tout le cuir chevelu mais respectent le visage et la nuque. Rappelons que la découverte de la double circulation (artérielle et veineuse) date du début du XVII° siècle et qu’on a de la peine à imaginer un artiste du moyen-âge se lançant dans la réalisation de traces sanguines aussi méticuleuses et fidèles à la physiopathologie.

                    Il manque l’extrémité droite de la moustache et une partie de la barbe, du côté droit également ; elles ont probablement été arrachées.

                    La pommette droite est contuse, excoriée, l’arête du nez, au niveau des cartilages est oedématiée, les cartilages probablement fracturés ; les 2 arcades sourcilières sont proéminentes, contuses.

                    L’ensemble de ces traces oblige à conclure que l’homme du Suaire a reçu plusieurs coups violents portés au visage (coups de poing ? coups de bâton ?). D’après Judica, cela correspondrait à un coup de bâton de diamètre 4 à 5 cm, porté depuis le côté droit. Il a, de plus, été victime d’outrages (barbe et moustache arrachées). Les blessures, notamment l'écoulement artériel, ont été réalisées du vivant du supplicié (juste après la mort, les artères se vident); impossible donc d'accorder le moindre crédit aux théories prétendant qu'un faussaire aurait utilisé un cadavre pour "reproduire" le Suaire.

Affiche la page précédant celle que vous lisez, comme si vous feuilletiez un livre à l'envers.

haut.gif (1280 octets)

Donne accès à la page qui suit celle que vous lisez, comme si vous tourniez la page d'un livre.