.

Donne accès à la page d'accueil francophone du site.

Donne accès aux informations de base sur le site, à l'historique du Suaire ainsi qu'à l'étude du tissu.

Donne accès aux images du Suaire, à leur étude macroscopique et, quand nécessaire, aux études complémentaires.

Donne les principales conclusions que l'on peut tirer de l'étude du Suaire : les éléments certains, les éléments douteux, les hypothèses.

Reconstitution de la Passion de Jésus à la lumière des Evangiles et des observations tirées de l'étude du Suaire.

Affiche la page précédant celle que vous lisez, comme si vous feuilletiez un livre à l'envers.

.Donne accès à l'étude anthropométrique de l'Homme du Suaire et aux conclusions qu'on peut en tirer concernant la position sur la croix et dans le tombeau

Donne accès aux informations générales concernant les images du Suaire : son aspect de "négatif photographique", l'étude générale des traces jaunes qui forment la silhouette du corps, l'étude des traces rosées sur le corps correspondant aux blessures et aux écoulements de sang, les autres images visibles sur le linceul (traces des piécettes, traces d'écriture...)

Donne accès à l'étude détaillée des images visibles sur le Suaire, en insistant notamment sur leur aspect anatomo-pathologique et physio-pathologique.

Donne accès à la page qui suit celle que vous lisez, comme si vous tourniez la page d'un livre.

Donne accès aux pages contenant les informations complémentaires sur le Suaire. .

Cliquez sur  FAQ pour accéder au Forum, sur  MAJ pour accéder aux nouvelles pages.

.

Donne accès à la Table des Matières du site, de laquelle vous pourrez accéder à chaque chapitre.

Donne accès au moteur de recherche interne qui vous permet de trouver un ou plusieurs mots dans le site

Négatif   photographique

Les taches rosées                                         Donne accès au lexique où vous pourrez trouver quelques explications rapides sur les termes pouvant présenter une difficulté.                         Pour revenir à la page où vous étiez, cliquez sur "Prédédente" en haut à gauche de votre navigateur.

Taches jaunes
Taches rosées
Autres images
                    Elles peuvent s’opposer presque point par point aux traces jaunes.

                    Elles ont souvent traversé le tissu et certaines sont visibles au verso.

                    Elles sont délimitées par un trait.

                    Elles ont donné lieu au phénomène de capillarité ; la substance s’est introduite entre les fibres de lin qui sont collées entre elles.

Sur cette macrophotographie du Linceul, on voit distinctement le sang qui a imprégné le tissu ; on voit le contour des taches, on distingue que par endroits elles forment une surépaisseur, on voit que le sang a coulé entre les fibres et s'est infiltré en profondeur.  (6614 octets)

(Dans Stevenson et Habermas)

                    Elles contiennent une concentration anormalement élevée de fer et on a mis en évidence la présence de l'hémoglobine par sa bande caractéristique (bande Soret) en spectrophotométrie, ainsi que la présence de porphyrine (constituant de l’hémoglobine) par sa fluorescence rouge en lumière ultra-violette. A leur périphérie, on a détecté la présence d’albumine (constituant du sérum sanguin), des immunoglobulines, de la bilirubine ; il a même été possible de préciser le groupe sanguin : AB. On peut donc être certain que les taches rosées sont constituées par du sang.

                    Lorsqu’on dépose une goutte de liquide sur un tissu, par capillarité il diffuse dans toutes les directions en donnant une image dont le bord est étoilé ; ceci est vrai pour une goutte de sang frais, bien entendu. Or, on vient de le voir, les images rosées sont à bord net, non étoilé ; elles ne peuvent donc avoir été formées par du sang liquide ayant imprégné le tissu.

                    Les traces rosées ne correspondent donc pas à un écoulement de sang frais.

 

Sur cette photo de la plaie du côté, l'écoulement sanguin a été massif ; malheureusement, une grande partie de cette tache de sang a été détruite par l'incendie de Chambéry et la réparation qui s'en est suivie.  (3693 octets)

Deux endroits seulement sont constitués de sang frais non coagulé : au niveau des reins, une partie de la coulée postérieure, et, sous le pied droit, la trace qui va de la plaie de la voûte plantaire en direction du talon et qui se répand ensuite dans le tissu.

La trace sanguine qui se trouve sous et à côté du pied droit n'a pas les mêmes caractéristiques ques les autres taches de sang ; à l'évidence, il s'agit d'un écoulement sanguin qui s'est produit alors que le corps était déjà dans le linceul.  (8860 octets)
                    Le mécanisme de la formation des images rosées sur le Suaire est très complexe, mal compris et encore objet de discussions; on peut toutefois penser que le principe décrit par Barbet est valable, même s'il ne peut répondre de la formation de toutes les traces de sang  : les caillots sanguins récemment formés sur la peau avaient suffisamment d’humidité pour donner un décalque de leur forme sur le tissu et les caillots plus anciens ont été ré humidifiés par l’atmosphère humide à l’intérieur du linceul : en effet, le corps met plusieurs heures à se refroidir et continue à dégager un peu de vapeur d’eau, celle-ci étant suffisante pour imprégner le caillot au point qu’il laisse sa marque sur le tissu.
Affiche la page précédant celle que vous lisez, comme si vous feuilletiez un livre à l'envers.

haut.gif (1280 octets)

Donne accès à la page qui suit celle que vous lisez, comme si vous tourniez la page d'un livre.